Guitares Stock

Retour



Martin D-41 1970 Billie Joe Armstrong

16.900 €



Face à l’enthousiasme et au portefeuille sans fond des baby boomers, les guitares ayant appartenu aux idoles des sixties ont battu des records aux enchères, de la Strat de Dylan à l’acoustique de Lennon. Mais la génération qui a grandi dans les années 2000 commence à se faire entendre, et les futurs instruments les plus prisés sont sans aucun doute ceux qui ont appartenu aux icônes récentes, aux rock stars du nouveau millénaire.

Parmi ces musiciens, Billie Joe Armstrong tient une place particulière, fort des 85 millions d’albums vendus par le groupe Green Day qu’il mène de main de maître depuis 1986. Depuis 2004 et l’album American Idiot, le trio punk s’est réinventé en mammouth du rock de stades avec un talent indéniable pour la power ballad.

Pour un songwriter comme Armstrong, une bonne dreadnought est un outil de choix, le meilleur moyen de donner naissance à une chanson avant qu’elle ne soit lacérée à grands coups de Les Paul Junior. Cette luxueuse Martin D-41 des années 70 fait partie des instruments qui lui ont inspiré plusieurs chansons, comme en témoigne l’usure à l’arrière du manche dû à un capodastre en première ou deuxième case, le signe qui ne trompe pas d’hésitations de tonalité typique de la phase de création. On voit aussi quelques égratignures et un crac dans la table entre le chevalet et la rosace, le tout étant bien sûr maîtrisé mais montrant sans doute que cette Martin a vécu le quotidien de compositeur de Billie Joe.

La D-41 est sortie un an après la réédition de la D-45, en 1969, et elle y représente une alternative moins bling mais qui sonne tout aussi bien. On entendu avant tout cette beauté grande format sur l’album de 2009 21st Century Breakdown (4 millions d’exemplaires vendus), en particulier sur l’hymne 21 Guns, un des plus singles du groupe et celui qui fait la part belle à la grande acoustique balayée.


Je veux cette guitare






Billie Joe Armstrong

(1972)

Groupe : Green Day
Guitare principale : Gibson Les Paul Junior
Titre à écouter absolument : East Jesus Nowhere

Le sale gosse du rock, l’éternel adolescent qui plaît autant aux punks qu’aux goths, le Pete Townshend des années 2000… Billie Joe Armstrong, chanteur et guitariste du trio Green Day, est un personnage qui ne cesse de fasciner. Sa main droite est une véritable machine à riff, et il a redonné toute sa noblesse au jeu rythmique agressif et nerveux du punk californien.

Armstrong monte Green Day en 1986, et Mike Dirnt est déjà à la basse. Le batteur actuel, Tré Cool, arrive en 1990, et la formation est depuis restée la même. Le succès du groupe a été colossal à plusieurs reprises, et on ne peut qu’admirer leur capacité à avoir créé deux pics dans leur carrière à dix ans d’écart, un phénomène inespéré d’une grande rareté. Leur premier énorme succès est l’album Dookie en 1994 (10 millions d’exemplaires vendus), propulsé par le single Basket Case, puis le second succès vient en 2004 avec le rock opera American Idiot et ses 16 millions d’albums vendus. La recette (gros riffs et refrains taillés pour faire chanter les stades) reste la même, avec quelques ajouts qui ont fait mouche, notamment un goût pour les ballades acoustiques qui leur a valu les énormes tubes Wake Me Up When September Ends et 21 Guns.

En parallèle de Green Day, Billie Joe Armstrong fait aussi partie du groupe punk Pinhead Powder dans lequel on retrouve Jason White qui tourne avec Green Day en tant que guitariste additionnel. Dans un registre plus doux, il a aussi enregistré un album hommage aux Everly Brothers en duo avec Norah Jones, le magnifique Foreverly en 2013. Pour cet album acoustique, il pose avec une Gibson Everly Brothers (logique), mais ses amours guitaristiques sont avant tout électriques et simplistes. Il est connu pour son amour des Les Paul Junior, qu’elles soient single cut ou double cut, et a même eu deux modèles signature Gibson à un seul P90, mais on l’a aussi vu avec des Telecaster, des Les Paul Custom Black Beauty et un éventail vertigineux d’autres belles guitares. Au milieu de tout ça, sa guitare la plus connue, celle qu’il avait déjà pour Dookie et qui représente son esprit punk inaltérable est bien sûr Blue, une Strat en kit couverte de stickers et dont le seul micro actif est un humbucker au chevalet. Simple, direct et efficace, comme son propriétaire.



Vous souhaitez nous contacter ou avoir plus de renseignements sur un modèle ?

Pour ne rien manquer ...

EXCLUSIVITÉ, OFFRES ET
NOUVELLES GUITARES !

En vous inscrivant, vous acceptez notre politique de confidentialité.