Guitares Stock

Retour



Zemaitis Custom Shop Z-JHW/Limited Richie Sambora

Vendue



Lorsque le génial luthier Tony Zemaitis s’est fait connaître dans le Londres de la fin des années 60, les rock stars de l’époque lui commandaient autant des électriques que des acoustiques, comme la fameuse 12 cordes de Eric Clapton surnommé “Ivan the Terrible”. Ces acoustiques se faisaient remarquer par la grande classe de leurs incrustations mais aussi et surtout par leur rosace caractéristique en forme de coeur.

Zemaitis est mort en 2002 mais sa marque continue d’exister grâce à l’entreprise japonaise Greco qui fabrique des instruments tout à fait dignes du prestigieux héritage.

Cette Zemaitis sort du Custom Shop japonais. Elle a été fabriquée pour Richie Sambora et provient de la collection personnelle du guitar hero de Bon Jovi. Elle reprend la conséquente forme jumbo, celle qui avait la préférence de Tony et qu’il avait notamment utilisée pour l’acoustique de George Harrison. On y retrouve bien sûr la rosace en coeur caractéristique de Zemaitis mais le coeur est aussi utilisé pour les repères de touche (avec une croix à l’intérieur, un design de Richie Sambora), pour le cache truss rod métallique finement gravé et pour la décoration de table autour de la rosace. Même les trèfles à quatre feuilles qui ornent la tête sont formés à partir de quatre coeurs. La forme du chevalet, aussi imposante que classieuse, est typique de la marque, tout comme le choix de bois de référence : ébène pour la touche, palissandre indien pour le corps et le binding, acajou pour le manche et épicéa Sitka pour la table.

Cette Zemaitis produit un gros son bien rond et chaud qui inspire immédiatement le strumming des meilleurs ballades de Bon Jovi, et si d’aventure vous vous décidez à jouer ces ballades sur scène la belle est déjà équipée d’un préampli contrôlé par deux boutons situés sur l’éclisse supérieure.





Richie Sambora

(1959)

Groupe : Bon Jovi
Guitare principale : Fender Stratocaster signature
Titre à écouter absolument : Livin’ On A Prayer

L’histoire du rock est ainsi faîte : pour chaque Mick Jagger, il y a un Keith Richards. Pour chaque Steven Tyler, il y a un Joe Perry. Pour chaque Robert Plant, il y a un Jimmy Page. Pour chaque chanteur superstar qui déchaîne les foules, il y a un guitariste ombrageux et infiniment cool qui assure les arrières et ne prend le devant de la scène que par assauts sporadique de trente secondes.

Richie Sambora a intégré le groupe du New Jersey Bon Jovi en 1983, quelques mois après sa formation. Dès le départ, le jeu et la personnalité de Sambora complètent à la perfection l’image du chanteur fondateur Jon Bon Jovi. Ensemble, ils forment un duo de songwriting qui accouchera des classiques du hard FM qui restent incontournables sur toutes les stations radio. La véritable explosion se produit en 1986 avec l’album Slippery When Wet, sur lequel Sambora co-signe neuf des dix titres, y compris les trois mega-singles Livin’ On A Prayer, You Give Love A Bad Name et Wanted Dead Or Alive. On y entend le jeu véloce, précis, énergique et inventif du guitar hero, qui a bien sûr intégré Van Halen comme tous les solistes de l’époque, mais y ajoute une patte bien à lui. La science de l’arrangement qui fait mouche se retrouve dans l’utilisation de la douze cordes sur Wanted…, le pitch shifter du solo de You Give Love A Bad Name ou dans la talkbox sur Livin’ On A Prayer.

Dès lors, le groupe devient colossal et tourne dans le monde entier devant des parterres de fans en transe. Le génie de Bon Jovi est d’avoir réussi à renouer avec le succès à plusieurs années d’intervalles, touchant ainsi plusieurs générations successives. On les retrouve donc de nouveau au sommet des charts en 1994 avec Always, puis en 2000 avec It’s My Life (encore co-écrit par Sambora), s’imposant auprès d’un nouveau public qui les suit toujours à l’heure actuelle.

Victime de ses démons, Sambora a été contraint de quitter le groupe en 2013 au beau milieu d’une tournée mondiale de plus. Depuis, il a lancé le groupe RSO avec son ex-compagne Orianthi, et paraît de plus en plus intéressé par la Telecaster et l’Esquire avec le temps qui passe, lui qui était surtout connu pour ses superstrats à l’époque de Bon Jovi. L’avenir musical de Sambora nous réserve donc sans doute encore quelques belles surprises.



Vous souhaitez nous contacter ou avoir plus de renseignements sur un modèle ?

Pour ne rien manquer ...

EXCLUSIVITÉ, OFFRES ET
NOUVELLES GUITARES !

En vous inscrivant, vous acceptez notre politique de confidentialité.