En Stock

Retour



Gibson Custom Collector’s Choice #28 Whitford / St Holmes

Vendue



Au premier abord, cette superbe Les Paul est “simplement” une Collector’s Choice #28. Si elle n’était que ça, il y aurait déjà d’excellentes raisons de s’enthousiasmer, tant la 28 est l’une des Burst les plus réussies de la série Collector’s Choice. Cette superbe 58 à la table légèrement flammée est une réplique de la fameuse STP Burst, ainsi surnommée puisqu’elle était affublée d’un autocollant STP à l’époque où elle appartenait à Ronnie Montrose.

Pour ceux qui n’ont pas la chance de connaître, Ronnie Montrose est un des grands patrons du riff gras, un des maîtres de la Burst et l’homme qui a révélé Sammy Hagar au sein du groupe qui porte son nom. Montrose a ensuite enlevé l’autocollant, créant la trace de bronzage caractéristique dans la finition, puis a vendu sa 58 au musicien allemand Peter Weihe. Entre les mains de ce dernier, la STP Burst a connu une véritable seconde vie à enregistrer des centaines de titres pour de nombreux artistiques germaniques.

Gibson a proposé 300 répliques de cet instrument de légende que l’on entend tous les jours à la radio allemande. Parmi ces 300, Brad Whitford a sélectionné cet exemplaire. Il faut dire que le rythmicien d’Aerosmith est un grand fan de Ronnie Montrose, et il ne pouvait donc pas laisser passer l’occasion. D’ailleurs, un an plus tard, Whitford a eu son propre modèle Collector’s Choice, de là à penser que la qualité de cette STP l’a convaincu il n’y a qu’un pas.

Toujours est-il que Whitford a joué cette Burst sur scène avec Aerosmith, et il l’a ensuite offerte à Derek St Holmes, ancien chanteur de Ted Nugent, lors de leur tournée en commun. 35 ans après l’album Whitford/St Holmes, les deux compères se sont retrouvés et ont repris la route en 2016. À cette occasion, le magazine Premier Guitar a fait un Rig Rundown avec Derek St Holmes dans lequel il montre fièrement cette Collector’s Choice et la décrit comme étant extrêmement proche d’une véritable 58.

Enfin, lorsque Whitford et St Holmes ont joué à Nashville le 7 juillet 2016, Slash les a rejoint sur scène et parmi toutes les Les Paul apportées en tournée par le groupe, c’est cette #28 qui a su le séduire, et il l’a donc jouée pour deux titres : Red House de Hendrix et Stranglehold de Ted Nugent. Une Burst qui a su séduire Whitford, puis St Holmes, puis Slash, ne peut pas être complètement ratée.

 





Brad Whitford

(1952)

Groupe : Aerosmith
Guitare principale : Gibson Les Paul Standard
Titre à écouter absolument : Last Child

Whitford est le Malcolm Young d’Aerosmith. À première vue, on retient avant tout la flamboyance et le swag de Joe Perry, ses magnifiques guitares extravagantes et ses solos sauvages. Mais c’est Brad Whitford qui tient la barraque. C’est Whitford qui tient les rythmiques, qui fait tourner les riffs avec une stabilité de métronome pour permettre aux frontmen de faire le show. Et c’est Whitford qui a la classe et la discrétion de s’effacer au service du groupe, ne formant qu’un énorme son en mélangeant sa guitare à celle de Perry. D’ailleurs, le deux jouent si bien ensemble que lorsque ce dernier a monté le Joe Perry Project au début des années 80, Whitford n’a pas tardé à l’y rejoindre.

L’institution américaine Aerosmith s’est formée avec Ray Tabano à la deuxième guitare, mais c’est bien avec l’arrivée de Brad Whitford à sa place en 1971 que le quintet a trouvé le son qu’il cherchait, et les cinq membres sont restés les mêmes à ce jour malgré une implosion temporaire dans les années 80. Whitford a signé de très grands morceaux du catalogue d’Aermosith comme Last Child et Permanent Vacation. C’est aussi lui que l’on entend à la guitare lead sur Sick As A Dog et Back In The Saddle, avec un style plus fluide que Perry qui influencera énormément Slash.

Lorsqu’il a quitté son groupe principal en 1981, Whitford s’est allié avec l’ancien chanteur de Ted Nugent, Derek St Holmes, pour monter le groupe Whitford / St Holmes, qui commettra un excellent album. En dehors d’une reformation du duo en 2015, il ne fera pas d’autre infidélité à Aerosmith.

Malgré sa discrétion, Whitford est un dingue de matos, et on l’a vu avec des guitares très différentes selon les périodes du groupe, de la Burst à la B.C. Rich à Floyd Rose en passant par des Strat vintage, des D’Angelico modernes ou encore des Music Man. Il a même poussé le vice jusqu’à créer sa propre marque d’amplis, les excellents 3 Monkeys. Il faut se méfier du discret rythmicien : souvent, il n’en pense pas moins.



Vous souhaitez nous contacter ou avoir plus de renseignements sur un modèle ?

Pour ne rien manquer ...

EXCLUSIVITÉ, OFFRES ET
NOUVELLES GUITARES !

En vous inscrivant, vous acceptez notre politique de confidentialité.